JOUR J
 
 
 
 
CARTE - Aéroporté GB
 

 

Secteur britannique aéroporté

Il est difficile de dire où exactement commence en premier l'assaut aéroporté.
0h20 : les parachutistes et commandos britanniques de la compagnie D de la 6e Airborne se posent avec 6 planneurs à l'est de l'embouchure de l'Orne, les hommes prennent immédiatement 2 ponts sur le canal et l'Orne de Bénouville. Leur mission définie par le général Gale : "Saisir et tenir les ponts sur le canal de Caen et sur l'Orne, à Bénouville et à Ranville... La prise des ponts intacts est importante pour la conduite des opérations ultérieures". La repise des ponts permet à la 3e division d'infanterie britannique débarquant à Sword Beach de se rendre rapidement à Caen.

Insigne de la 101e division U.S.
Insigne de la 6e Airborne.
D. Taylor, commandant de la 101e aéroportée U.S.
Major Howard, responsable de la capture, intact, du pont levant sur le canal, à Bénouville devenu Pegasus Bridge.
Général Richard Gale, commandant de la 6e division aéroportée britannique.
En haut le pont sur le canal de Caen à la mer, en bas, le pont sur l'Orne.
Café Gondrée, Bénouville.
Parachutage par Stirling de la R.A.F le 6 juin pour la 6e division aéroportée britannique du générale Gale. Parachutage par Stirling de la R.A.F le 6 juin pour la 6e division aéroportée britannique du générale Gale.

La 6e division a pour objectif de d'occuper avant l'aube la zone de l'ouest de l'Orne pour flanquer la zone de débarquement et interdire ou retarder les contre-attaque des réserves allemandes en détruisant les différents points de passage sur la Dives. Au sud de Caen se trouve la 21e Panzerdivision du général Feuchtinger. En raison des conditions climatiques difficiles, les parachutages sont dispersés et s'étendent vers l'est. Après quelques heures les forces arrivent à se regrouper et remplissent leur mission. La dispersion fait croire au commandement allemands à une menace supérieure à celle réelle des 6000 hommes de la 6e division.

Trois planeurs de type Horsa, tractés par Stirling, transportant chacun 30 hommes appartenant au 2e bataillon d'infanterie légère intégrée à la 6e airborns se posent à proximité du canal de l'Orne, à moins de 50 m du pont basculant de Bénouville. Ils composent la compagnie D de la 6e Airborne et sont menées par le major John Howard. Le planneur se pose à quelques mètres seulement du pont. Willy Parr, soldat anglais de 22 ans, témoigne: <<Le pilote s'était posé à vingt pas du pont. C'était incroyable !>>. Les pilotes des planeurs, Gilder Pilots, appartiennent à l'armée de terre et ont été spécialement formés à l'atterrissage de prècision. Les deux sentinelles allemande ne se rendent compte de rien et l'effet de surprise est complet. En dix minutes le pont est pris à (le 6 juin 1944 à 0h25) : ce fut la première victoire du jour J. Le major Howard établit sont poste de commandement dans un petit café-guiguette appartenant à la famille Gondrée.

Les hommes du major Howard résistent aux contre-attaques allemandes et tiennent le pont jusqu'à l'arrivée de renfort qui n'ont que deux minutes et demie de retard ! Ce pont est connu aujourd'hui sous le nom de Pegasus Bridge en souvenir des troupes aéroportées britanniques dont Pégase était l'emblème.

Troupe aéroportée britannique dans un planeur.

Atterrissage des planeur Horsa dans le bocage manchois.
Planeur Horsa de la 6e.
Parachutiste de la 6e.
Pegasus bridge.
Pegasus bridge.
Remorquage des planeurs Horsa.
Pegasus bridge.

 

 

Tatoo@free.fr - 2002